Citation du Jour

mercredi 18 décembre 2013

Faire son bonheur, pour le bonheur des autres!

En fait, ce post devait s'intituler:" Peut-on faire le bonheur d'autrui, sans avoir fait son propre bonheur?"

Si c'était un sujet philosophique, on dirait pour la plupart que faire le bonheur d'autrui est primordial et que notre propre bonheur n'est qu'un effet secondaire. Parce que cela parait normal de le dire, parce que c'est ce qu'on nous a enseigner depuis bien longtemps. Un peu comme pour un banquet, on laisse les invités se servir en premier, on les installe, on prend soin d'eux, leur bien être passe avant tout, de lui dépend la réussite de l’événement. Surtout qu'on a tout donné, afin que cet événement reste dans les mémoires.

Certains pensent en toute logique, qu'ils pourraient faire passer le bonheur des autres avant leur propre bonheur(les enfants, la familles, etc...).

Ce sont des avis qu'on entend le plus souvent, la famille, les enfants, passent avant tout. On est près à tout pour faire leur bonheur, même si cela doit nous coûter notre propre bonheur.

Il ne faut pas penser ici, qu'il s'agisse de sacrifice quelconque. On est bien dans le donner sans rien attendre de retour, dans le bonheur de l'autre. Mais pour certains et c'est la majorité, ce sont des personnes proches, et le faire pour eux est une preuve d'amour.

Donc bonheur de l'autre, mais notre bonheur aussi puisqu'on aura prouver son amour, et le fait que l'autre le sache, fait notre bonheur.

Cela peut être aussi perçu comme un forme d'égoïsme, puisque finalement c'est à nous qu'on fait plaisir.





Alors pouvons nous répondre à cette question?" peut-on faire le bonheur d'autrui, sans avoir fait son propre bonheur?"

Sur le plan matériel, je dirai que oui, c'est possible. On peut rendre les gens plus heureux en leur donnant des choses matérielles qui rendent heureux, leur apportent du sourire ou comble leurs besoins( dons, œuvres caritatives, etc). Même si on est pas comblé soi-même. Ici on est juste dans un geste de générosité, sincère ou non. On peut être heureux de donner, ou ne donner que parque ça fait partie de notre culture, notre rang social, etc... si ça fait plaisir à l'autre, c'est tant mieux.

Sur le plan mental et spirituel, c'est plus compliqué. Il faut en effet bien se sentir dans sa tête, dans on corps et dans sont esprit, pour se sentir bien avec les autres. Il faut être heureux , pour donner du bonheur. il faut savoir ce que signifie une notion, afin de la partager. Il s'agit donc ici de nos attitudes vis à vis de nous même et des autres aussi. La façon dont on se traite, reflète la façon dont on traitera les autres. Il est donc nécessaire de savoir quels sont nos sentiments pour nous même, important de se connaître soi-même.

Jésus, nous dit si bien : "connais-toi, toi-même!"

Se connaître, s'accepter,  s'aimer, et se tolérer, permet d'apprendre à connaître à accepter et à aimer l'autre d'un amour inconditionnel, sans rien attendre de retour et en étant tout aussi heureux.

Il est nécessaire de trouver ce qui nous apporte du bonheur, afin de pouvoir le partager avec tous.























jeudi 12 décembre 2013

Se lever du bon pied!

"Je me suis levée du bon pied" ou "je ne me suis pas levée du bon pied" sont des affirmations bien connues de notre quotidien.

Je pense que la seconde plus négative est celle que j'ai entendue le plus fréquemment.

Mais qu'est-ce qui le plus souvent nous fait lever du bon ou du mauvais pied?

Qu'est ce que cette expression d'ailleurs qui à elle seule peut résumer toute une journée, voir même une semaine entière?

Elle est très souvent associée à la "chance" de passer une bonne ou une mauvaise journée.

Pouvons nous dire exactement ce qui nous fait lever du bon ou du mauvais pied?

Les plus superstitieux ont souvent de quoi justifier leur bonne ou mauvaise humeur de la journée: Araignée du matin, chat noir, chiffre 13 etc...

A vrai dire, plus jeune, je pensais très fortement que me lever en mettant en premier mon pied droit au sol, me porterai chance toute la journée, le mauvais pied était alors le pied gauche!  mdr... je vous rassure les gens évoluent, j'ai évoluée depuis. Et j'ai bien compris que c'était tout autre chose qui pouvait me faire lever du bon ou du mauvais pied.

Pour se lever du bon pied, il faut passer un bonne nuit!





J'ai donc pris la décision de bien m'endormir pour mieux me lever le matin et donc, me lever du bon pied!me lever de bonne humeur, pleine d'énergie, pleine d'étoiles d'espoir dans les yeux, avec l'assurance de passer une très belle journée.


J'ai constaté que, lorsque je me couchais dans un état d'esprit particulièrement négatif, je passais non seulement une mauvaise nuit, mais je me réveillais avec la même humeur décourageante. J'ai dons pris la décision de ne plus me coucher triste, en colère, énervée, stressée ou angoissée. Ma grand-ma avait l'habitude de dire : " ne laisses jamais le coucher du soleil emporter ta colère, et ne t'endors pas sans l'avoir confié à Dieu, ne t'endors pas en colère".

Voici ce que je fais pour me lever du bon pied tous les matins:

- La prière pour me confier au divin et lui raconter ma journée, je lui confie toutes les choses bonnes ou mauvaises que j'ai faite, en connaissance de cause ou non, je me rassure que ces choses sont désormais entre de bonnes mains pour être transmuter en lumière.

- Tous les soirs, je me pardonne des mauvaises actions que j'ai pu posées, en actes, en parole, ou par la pensée ou consciemment ou inconsciemment.

- Je redécouvre avec plaisir l'art de méditer jour après jour.

- Aujourd'hui, je pratique également l'auto-hypnose, que je vous conseille d'expérimenter.

- On peut s'écouter de la musique qu'on aime pour bien s'endormir

- Voir un bon film....

- dire quelques affirmations positives... etc... Chacun peut trouver ce qui lui va le mieux à condition de rester dans un état positif

Voilà, ces quelques techniques m'aident à avoir une bonne nuit de sommeil et à me réveiller pleine d'énergie et de motivation pour la journée suivante.

Oui, en effet, à chaque jour suffit sa peine, rien ne sert de transporter les problèmes d'hier à aujourd'hui, puisque hier n'existe plus...






mercredi 4 décembre 2013

Décider d'être heureux quoi qu'il arrive!

La fin de l'année est la période des résolutions à prendre pour l'année suivante.

Certaines résolutions peuvent être très faciles à trouver, mais la décision de les appliquer incombe à chacun. 

Nous pouvons décider de notre état d'esprit à avoir au quotidien quoi qu'il arrive.

Alors décider d'être heureux quoiqu'il arrive est un challenge que je décide de relever.

Peut-on être heureux tout le temps, sans être quelqu'un d'indifférent aux autres, et même, est-ce qu'une personne indifférente aux autres, aussi égoïste ou orgueilleuse qu'elle soit, est heureuse?


Etre heureux tout le temps, ne signifie pas occulter la tristesse, la colère, ou la compassion par exemple. Etre heureux peut être un état d'esprit permanent, alors que la tristesse et la colère par exemple, sont des états d'esprit qu'on peut avoir de manière temporaire. 

Comme on dit " après la pluie, le beau temps" super maxime motivante, car oui, tout n'est pas toujours rose.




On peut donc prendre la décision d'être heureux tous les jours!

C'est aussi laisser parler ses émotions afin de mieux les comprendre, pour mieux les contrôler. Afin d'en tirer profit de façon agréable, et aussi de les laisser se manifester en nous, pour mieux les laisser aller.

En fait, c'est voir la vie du bon coté, ou voir le bon coté des choses.


Les émotions qui drainent notre énergie, doivent rester temporaires.( la tristesse, la colère, l'énervement, le dépit, le découragement, etc..).

C'est vrai, c'est plus facile à dire qu'à faire, c'est pour ça que je vous invite à relever ce défi. Ca ne coûte rien, juste un peu nous. Car être heureux, ne peut être que bénéfique. 

Décider d'être heureux nous permettra donc de rester temporaire dans les états d'esprits négatifs. Nous devons réapprendre à voir les choses, qui nous arrivent du bon coté.  Se dire aujourd'hui, je décide d'être heureux quoi qu'il arrive, est un objectif qu'on peut atteindre.

Il y'a toujours une bonne raison pour que ce qui devait arriver arrive. Alors, soyons, heureux de vivre, car la vie, elle ne s'arrête pas, elle continue à avancer, et nous devons participer à son épanouissement, donc à notre bonheur.






dimanche 1 décembre 2013

L'Orgueil à l'origine de tous nos maux?

L'orgueil, il parait que c'est la mère de tous les vices!

Je commence ce post comme ci j'avais un avis mitigé sur l'orgueil, et c'est un peu vrai. Ne dit-on pas qu'il y'a deux sortes d'orgueil?

On a tendance à dire et moi la première, cette phrase qui tout d'un coup semble nous rendre exceptionnel, " je ne suis pas orgueilleuse, j'ai ma fierté, j'ai ma dignité", comme si être fier et digne, pouvait justifier une forme d'orgueil visible par les autres. Oui, ici les autres ont une très grande importance!

C'est aussi comme cela que avoir confiance en soi ou avoir de l'amour pour soi, peut être perçu comme de l'orgueil par les autres. ( Vous comprenez pourquoi l'autre est important ici?) because, l'image qu'on renvoie peut être mal interprétée. C'est pour ça qu'il faut ici faire la part des choses, pour éviter les amalgames et la confusion des termes. Même si l'orgueil, nous pousse à une très grande confiance en nous, voir même à une surestime de soi, il n'en demeure pas moins, qu'elle nous fait occulter les autres, elle nous rend indifférent.

Cette surestime de nous même est différente de l'estime de soi, qui tient compte des autres. ici, l'autre n'a pas sa place, il est méprisé et n'a pas droit à la parole. l'orgueilleux n'aime pas les contradictions, les changements, il est bien dans sa zone de confort, en maître absolu.

Vu sous cet angle, on comprend pourquoi l'orgueil est un véritable frein à l'épanouissement personnel, puisque l'épanouissement personnel passe inéluctablement par l'amour de soi et des autres.



Hors orgueilleux, je m'aime, et je n'aime que moi!

Cet état d'esprit qui méprise l'autre, et se croit au dessus de tous, est surjoué inconsciemment, car l'orgueil, naît de blessures profondes, que l'orgueilleux essaye à sa manière de guérir en se protégeant le mieux possible des autres... un instinct de survie naturel?

Il est donc important pour nous, de nous recentrer sur nous même et d'avoir du recul par rapport à nos comportements vis à vis de nous même et vis à vis des autres. Nous ne pouvons prétendre chercher le bonheur sans commencer par détoxifier notre esprit de tous les poisons mentaux qui l'habitent.


Si l'orgueil peut permettre à la confiance en soi, et à l'estime de soi de mieux se manifester en nous, il est très important de ne pas être dans la démesure et de tenir compte des choses et des personnes qui nous entourent.

Charles-Pinot Duclos décrit l'orgueil comme " le premier des tyrans et des consolateurs"

Il affirme que le véritable Orgueil, celui que l'homme porte en lui comme suprême refuge et protecteur de son moi, est consolateur de tous les déboires. L'orgueil est le baume enchanté qui guérit toutes les blessures de l'âme si profondes soient-elles. (source: www.encyclopédie-anarchiste.org).

Même si on peut être d'accord avec cette analyse d'une part favorable à l'orgueil, analyse faite dans un contexte de critique contre l'avis de l'église à ce sujet, il serait judicieux de faire en sorte que cet état d'esprit capable d'habiter chacun de nous, soit transmutable en vertus favorables à nous même et aux autres.






Il est impossible d'ignorer nos passions, ou de faire croire qu'elles n'existent pas en nous, mais nous pouvons décider de ne pas être dans l'extrême, nous pouvons décider de changer nos états d'esprit, nos attitudes, nos comportements. 

L'orgueil, fait partie de ces comportements à modifier, afin d'évoluer plus sereinement dans la vie.


@+